A Paris, la demande de logements est forte, les prix sont élevés mais le taux des crédits immobiliers demeuretrèsbas. C’est le moment d’en profiter !

Avant les visites, définissez votre budget et vos critères

La première étape, la plus importante, avant d’entamer les recherches, est de déterminer votre budget !

Le budget est notre principal guide dans la recherche immobilière. Il se définit en fonction de votre apport personnel et de votre capacité d’emprunt. Vos mensualités de remboursement ne doivent pas dépasser, en principe,un tiers de vos revenus (voir notre article sur le financement immobilier). Pensez également à intégrer le montant des frais de mutation (voir notre article sur la fiscalité immobilière)

Il est important de hiérarchiser vos critères d’exigence :

La localisation : la proximité des transports, des commerces, des écoles

Le type de construction: ancien ou neuf ; préférez-vous un beau parquet point de Hongrie dans un immeuble Haussmannien ou le confort d’accéder à votre parking en sous-sol ?

L’étage : un cinquième étage sans ascenseur avec vue sur le Sacré-Cœur ou un rez-de-chaussée donnant sur une cour arborée ?

La possibilité de réaliser des travaux (*à condition que cela rentre dans le budget) : vous sentez-vous l’entrain de suivre des mois de chantier pour créer votre propre bijou ou préférez-vous le confort de poser vos valises dans un appartement déjà meublé et décoré ?

Le marché étant particulièrement tendu à Paris, il faut savoir être très réactif pour organiser les visites et soumettre une offre très rapidement si l’appartement vous plaît.

Votre engagement une fois l’appartement trouvé

Pour formaliser votre intérêt, vous adresser au vendeur, une offre d’achat, celle-ci doit comporter votre état civil, le prix proposé et votre mode de financement (le montant de l’apport personnel ? si vous avez recours ou non à un emprunt ? pour quel montant ?), il est recommandé d’annexer également une attestation bancaire de faisabilité du prêt. Ce premier document vous engage par rapport au vendeur, avant la concrétisation de la promesse de vente.

Nous vous recommandons de confier la rédaction de la promesse de vente à votre notaire.

Ce contrat servira de base à la rédaction de l’acte authentique définitif.

Afin d’en savoir plus sur l’immeuble, la loi ALUR impose désormais de réunir :

  • Les procès-verbaux des assemblées générales des 3 dernières années
  • Les diagnostics du lot vendu
  • Le pré-état datérésumant l’état des comptes de la copropriété
  • Le règlement de copropriété et tous ses modificatifs
  • Le carnet d’entretien et les diagnostics de l’immeuble

Si le vendeur n’a pas anticipé cela au moment de la mise en vente du bien, il est parfois long de réunir tous ces documents. Aussi ne vous étonnez pas de constater un délai de plusieurs semaines entre l’acceptation de l’offre et la signature de la promesse.

A savoir, l’acquéreur et le vendeur peuvent chacun avoir leur notaire. Cela ne coûte pas plus cher, mais risque simplement de prendre un tout petit peu plus de temps.

Le notaire de l’acquéreur réunira les pièces et préparera le dossier ; le notaire du vendeur recevra l’acte. Leurs émoluments seront alors partagés.

La promesse de vente

Le jour de la signature de la promesse, vous versez au notaire, un acompte de 10 % maximum du prix de vente au titre de l’indemnité d’immobilisation. Ce montant est conservé sur un compte « séquestre » et viendra en déduction du prix de vente final.

Si vous souhaitez renoncer à l’acquisition, vous pouvez le faire librement durant le délai de rétraction. Ce délai, de 10 jours, court à compter du lendemain de la première présentation de lettre recommandée vous notifiant la promesse de vente.

Si vous avez recours à un crédit immobilier, la promesse peut prévoir une condition suspensive d’obtention de prêt. Cela signifie que si vous ne parvenez pas à obtenir de crédit, dans le délai imparti (en général 30 à 45 jours), le contrat de vente peut être annulé et vous récupérez l’acompte versé. Vous devez cependant justifier des moyens mis en œuvre pour obtenir le financement dans le délai prévu.

Si vous décidez, pour une toute autre raison de renoncer à l’acquisition après le délai de rétractation, vous perdrez l’acompte versé.

Que se passe-t-il entre la promesse et la signature de la vente définitive ?

Pendant ce temps, le notaire vérifie un certain nombre d’informations : si le vendeur est bien propriétaire, les précédents titres de propriété, la situation du bien au regard des règles d’urbanisme, les servitudes, la situation hypothécaire du bien…

De votre côté, vous entreprenez la négociation des termes de votre prêt. Une fois l’offre de prêt émise par la banque, vous devez respecter un nouveau délai de réflexion de 10 jours avant de l’accepter.

La vente elle-même ne peut donc pas être signée avant ce terme.

On constate en général un délai de 3 à 4 mois entre la signature de la promesse et la vente définitive.

La signature et la remise des clés

Lorsque tout est prêt, le notaire convoque toutes les parties à la signature de l’acte authentique. Le prix de vente et des différents frais liés à l’acquisition doivent être versés sur le compte du notaire avant ce rendez-vous. Après relecture collective de l’acte, vous signez, vous recevez les clés et vous êtes enfin propriétaire ! N’oubliez pas d’assurer votre logement dès cette date !

Le notaire vous remetune attestation de vente, en attendant de recevoir titre de propriété après l’achèvement des formalités de publicité foncière.

A chaque étape, French Touch vous accompagne et vous fait bénéficier de son carnet d’adresses !